Trois yeux sur l'écran
...

Oscars 2018

L'eau en grande forme,
CinémaNewsdu Lundi 05 mars 2018 au Dimanche 18 mars 2018

Le petit monde d'Hollywood marchait sur des œufs lors de cette 90ème cérémonie des Oscars. L'année 2017 aura été marqué au fer rouge par le vent de libération de la parole féminine et la mise à la porte de bon nombre de figures du cinéma américain pour leur comportement envers les femmes. D'Harvey Weinstein à Louis C.K. en passant par Dustin Hoffman, ce ne sont pas que les femmes qui ont tiré la sonnette d'alarme mais également les hommes, qui se présentent comme victimes ou comme simplement les complices involontaires mais fatigués de pratiques qui empoisonnent tout le milieu. Avec le succès de Wonder Woman et Black Panther, les derniers mois ont aussi été une belle revanche pour les femmes et les acteurs et réalisateurs issus des minorités, après une édition précédente marquée par l'absence cruelle de personnalités noires, qui ont pu prouver que non seulement leur légitimité à prendre les commandes de projets de grande envergure était plus que jamais légitime mais qu'ils pouvaient aussi en tirer des recettes phénoménales, le langage de l'argent étant malheureusement l'un des seuls à pouvoir faire évoluer les mentalités en haut lieu, il est en effet presque certain que les choses ne seront plus les mêmes après l'ouragan qui a secoué le monde du cinéma l'an dernier. Jimmy Kimmel, le trublion de la chaîne ABC, sur laquelle est diffusée la cérémonie, a longtemps été considéré comme un personnage aux commentaires acides, mais depuis quelques années, il fait désormais pâle figure face à des "tv hosts" qui ont passé la vitesse supérieure en terme de subversion, comme John Oliver et Steven Colbert (tous deux issus de la dernière génération du Daily Show, l'émission de divertissement / info que tente d'imiter depuis longtemps notre Petit Journal français, en vain) ou du sud-africain Trevor Noah, l'actuel présentateur du Daily Show (et successeur très successful de John Stewart). Kimmel a néanmoins su relever un peu le ton généralement assez plan-plan de la cérémonie à l'aide de bonnes vannes épicées, évidemment basées sur le contexte un peu particulier de cette première édition après le tsunami du mouvement "MeToo". 


Côté récompenses, ce sont des films de grande qualité qui ont remporté la vaste majorité des Oscars cette année, avec en tête, le sublime La Forme de L'Eau. Guillermo del Toro repart avec les statuettes du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure direction artistique, meilleure musique, et chacune de ses récompenses était largement méritées. 3 Billboards, la géniale comédie noire de Martin McDonagh (In Bruges) permet à Frances McDormand et Sam Rockwell de confirmer l'incroyable finesse de leurs performances respectives dans le film. Quant à Jordan Peele, le scénario de son premier film, le palpitant et très intelligent thriller Get Out chope en toute logique l'Oscar du meilleur script original. Blade Runner 2049, le magnifique film de Denis Villeneuve, boudé par le public mais très justement encensé par la critique, doit à son esthétique impeccable les Oscars des meilleurs effets visuels et de la plus belle photographie. Gary Oldman (l'acteur qui peut te ruiner une recherche google si tu oublies le "R" dans son nom) prend l'Oscar du meilleur acteur dans Les Heures Sombres. Le drame d'époque de Joe Wright sur Winston Churchill en profite pour aussi s'emparer des meilleurs coiffure et maquillage. La pétillante Allison Janney embarque l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour I, Tonya, le film sur la patineuse adepte du fracassage de genoux Tonya Harding (jouée par Margot Robbie) et Dunkerque vient faire le ménage côté technique en délestant l'académie de ses Oscars des meilleurs montage, montage son et mixage son. Enfin, Pixar siphonne les gros Oscars de l'animation avec son Coco, qui gagner les prix du meilleur long-métrage animé et de la meilleure chanson. 

La cérémonie souffre cependant d'un audimat très diminué par rapport aux scores de l'an dernier. Avec ses 26,5 millions de spectateurs, non seulement cette 90ème édition n'atteignait pas les 32, 9 millions de la 89éme, mais elle établit même un record puisque l'audience n'avait jamais été aussi basse depuis les neuf dernières années. La cérémonie et ses intervenants n'ayant pas épargné le président Donald Trump avec son lot de blagues orientées à son encontre, ce dernier n'a pas résisté à moquer les faibles performances de l'émission en tweetant "Score le plus bas de toute l'histoire pour les Oscars ! Le problème, c'est qu'on n'a plus de stars de nos jours, à part votre président (je rigole) !", ce à quoi Jimmy Kimmel s'est empressé de répondre "Merci, Président au score le plus bas de toute l'histoire". Bon, la vanne fonctionne mieux avec "low rated" mais c'est chaud à traduire mieux que ça.

tweet



L'intégralité du palmarès est consultable ci-dessous :

Meilleur film : La Forme de l'Eau
Meilleure actrice : Frances McDormand pour 3 Billboards
Meilleur acteur : Gary Oldman pour Les Heures Sombres

darkest
Gary Oldman méconnaissable dans Les Heures Sombres

Meilleur réalisateur : Guillermo del Toro pour La Forme de l'Eau
Meilleur scénario original : Jordan Peele pour Get Out

 

Daniel Kaluuya
Daniel Kaluuya en bave sévère dans Get Out, de Jordan Peele


Meilleur acteur dans un second rôle : Sam Rockwell pour 3 Billboards
Meilleure actrice dans un second rôle : Allison Janney pour I, Tonya
Meilleure direction artistique : La Forme de l'Eau
Meilleure photographie : Blade Runner 2049

 

blade
L'un des plus beaux plans de Blade Runner 2049, de Denis Villeneuve


Meilleur montage : Dunkerque
Meilleure bande originale : La Forme de l'Eau
Meilleur Chanson : Remember Me dans Coco
Meilleur scénario adapté : Call Me By Your Name
Meilleur documentaire : Icarus
Meilleur court-métrage : The Silent Child
Meilleur film d'animation : Coco
coco
Meilleur court-métrage animé : Dear Basketball
Meilleurs coiffure & maquillage : Les Heures Sombres
Meilleurs costumes : Phantom Thread
Meilleur montage son : Dunkerque
Meilleur mixage son : Dunkerque


Meilleur film étranger : Une Femme Fantastique (Chili)
Meilleurs effets visuels : Blade Runner 2049
Meilleur court-métrage documentaire : Heaven is a Traffic Jam on the 405

heaven
Heaven is a Traffic Jam on the 405 (Le Paradis est un embouteillage sur la route 405), un documentaire de Frank Stiefel sur l'artiste Mindy Alper et son combat contre la maladie mentale.

 

Profile picture for user Ben Dussy
Ben Dussy