Trois yeux sur l'écran
...

Strange Brigade - Le nouveau TPS Coop de Rebellion

Strange Brigade - Sortie de sarcophage
GamingNewsdu Mardi 07 août 2018 au Mardi 28 août 2018

Le 30 juillet était organisé dans la cave d’un bar esport parisien du 11ème arrondissement une séance de test partiel de Strange Brigade, le nouveau shooter tps massivement orienté multijoueur de Rebellion Developments. Quelques poignées de journaleux gamers ont donc pu échapper quelques heures à l’atmosphère caniculaire de la capitale pour poser les paluches sur une version finalisée du jeu et s’essayer à différentes parties du titre. Au programme, chacun a pu pratiquer un niveau en solo situé en début de campagne, un niveau mid game joué en coop avec 3 autres joueurs et enfin le mode « Score Attack », une sorte de parcours du combattant en coopération sauvage (les balles tirées par vos collègues ne vous feront rien mais le tir ami est autorisé sur tout ce qui est pièges et explosifs) où la performance de combat est au centre des objectifs. Il était prévu de nous laisser goûter un peu au mode « Horde » du jeu, axé sur des achats et un agrandissement du terrain jouable entre les vagues d’ennemis, mais le temps a manqué.

sb5446
Rebellion Developments

Strange Brigade est un jeu très dynamique, aux graphismes à la fois détaillés et inspirés, dont le rythme effréné ne prend vraiment son sens que quand il est partagé avec des amis. Lors du niveau en solo, on s’amuse certes des différentes énigmes disséminées sur notre passage, on apprécie les hitbox ultra-précises des mobs, on a le cœur qui s’emballe quand la masse hostile se fait plus pressante, nous encercle où nous contourne, mais on ne peut s’empêcher  de ressentir comme un déséquilibre à l’égard de notre solitude face aux foules de plus en plus nombreuses. L’impression se confirme d’ailleurs dès lors que l’on se lance dans le niveau en coop à 4 joueurs, où tout d’un coup le jeu semble atteindre son plein potentiel.

sb45
Rebellion Developments

C’est tout d’abord Naughty Dog qui vient en tête quand on découvre Strange Brigade. Les décors de ruines antiques très Indiana Jonesesques, le tps nerveux et virevoltant où les pouvoirs magiques laissent de longues traînées de fumée colorée  au milieu des tirs croisés d’armes automatiques évoquent immédiatement les multijoueurs des derniers Uncharted. L’impossibilité de tirer sans amorcer un mouvement de visée à l’épaule ferait quant à elle plus penser  au mode factions de The Last of Us. Mais rapidement, Strange Brigade nous rappelle que sa lignée (le jeu reprend une bonne partie des éléments d'un des jeux précédents du studio : Zombie Army Trilogy) et son ADN sont plus uniques que ce que laisserait penser ces premières comparaisons. Avec ses armes upgradables à l’aide de gemmes, sa souplesse de gameplay permettant d’équiper les armes à des personnages auxquels elles ne sont pas attribuées à la base, la régularité de ses attaques ultimes dévastatrices, le shooter de Rebellion se trouve assez vite une identité plus marquée, pas forcément d’une immense originalité mais qui a le mérite de se fixer des objectifs clairs et de se donner les moyens de les atteindre.

sb5
Rebellion Developments

En l’occurrence, les objectifs peuvent tous se résumer à cette même direction : le Fun. En truffant ses niveaux de pièges divers à déclencher, de la fosse camouflée aux piques jaillissant des murs ou du sol, en passant par les scies circulaires balayant des zones entières, les troncs d’arbres qui broient ceux qui les libèrent trop vite et les jets de flammes à foison, les développeurs ont pris grand soin de rendre le terrain de jeu aussi fertile que possible en interactions variées. Le bestiaire semble lui aussi relativement hétéroclite, partant d’une base zombiesque assez classique pour très vite intégrer des scorpions géants, des momies, des créatures mythologiques aussi énervées que résistantes, et des mini-boss qu’il ne vous sera possible de faire tomber qu’en suivant des protocoles précis liés à leurs différents points faibles. Loin d'être révolutionnaires, les parties du jeu prises individuellement ne proposent en effet rien de particulièrement flambant neuf mais mises ensemble, elles prennent une dimension supérieure et il faut admettre que le tout fonctionne avec une alchimie très appréciable, que chaque élément de gameplay répond aussi vite et bien aux autres et que la machine bien huilée qui nous a été présentée tournait à plein régime. Un gameplay nerveux dans des niveaux intelligemment agencés (beaucoup de circonvolutions Dark Souliennes sont à prévoir), une sensation de tir solide, et une tenue assez remarquable dans le rythme soutenu du jeu font un peu oublier les quelques défauts qu’on y décèle aussi. Si le feeling des armes est agréable, leur variété laisse tout de suite plus à désirer, avec seulement un pompe, un fusil à levier, deux mitrailleuses très peu précises, on tourne assez vite en rond et on comprend mieux pourquoi l’équipe insiste sur le fait que de nouvelles armes seront vite implémentées. En ce qui concerne la résistance des ennemis, on est également en droit de se demander si l’effet « bullet sponge » de certains boss ou même de mobs intermédiaires ne risque pas de rogner un peu la patience des joueurs espérant y consacrer beaucoup  de temps. On note aussi un comportement un peu raide chez les personnages principaux, dont les animations de pirouettes et autres sauts paraissent ne pas s’adapter complètement à leur vitesse de déplacement. Une raideur qui rappelle un peu celle de Geralt dans The Witcher : Wild Hunt dont on nous explique au passage que l’un des animateurs de CD Projekt  a rejoint l’équipe de Rebellion (tout se recoupe).

Car toute l’interrogation se situe toujours là, comment le jeu va-t-il échapper à la redite et à la saturation sur l’intégralité de la campagne ? Comment enrober ces déferlements de shoot en coop avec suffisamment de lore pour lui donner un sens sur la longueur ?

La réponse à ces questions se situe sûrement du côté de l’ingéniosité et de l’humour de l’équipe de Tim Jones, le réalisateur du jeu. La Brigade de l’Étrange donnant son titre au jeu est une escouade de personnages des années 30 hauts en couleur qui se lancent dans une exploration périlleuse de l’Égypte de l’époque pour y affronter une prêtresse momifiée ayant récemment eu l’envie de se dégourdir les jambes (et accessoirement de réveiller tous les démons des alentours pour l’accompagner). Le ton goguenard, qui semble ne jamais se prendre au sérieux, sur lequel sont réglées les cinématiques d’introduction des niveaux donnent un souffle rafraîchissant et potache à l’aventure qui aide grandement à faire passer la pilule d’un jeu qui ne vous demandera pas vraiment beaucoup plus que de défourailler des heures durant tous les monstres pointant le bout de leur nez décomposé. Cette légèreté épouse avec une certaine élégance les contours souvent très grotesques du gameplay et en choisissant de raconter le background sur un mode désinvolte et sans illusion, Rebellion joue une carte intéressante qui augmente encore le capital sympathie du jeu. Le level design est lui aussi un atout de taille pour Strange Brigade. Parsemés de détours plus ou moins retors et de mini-énigmes environnementales, les niveaux de Strange Brigade qui nous ont été présentés laissent entrevoir de multiples possibilités de positionnements et de nombreuses zones cachées où les joueurs pourront looter la monnaie ingame et des améliorations pour leurs armes. La disposition judicieuse des sommes d’argent et des potions de vie à travers les étendues praticables incite elle aussi à une exploration minutieuse des lieux. Évidemment, il sera plus facile de déceler les secrets dissimulés dans les différentes zones lors  d’une partie solo, vos camarades de jeu pouvant mal interpréter que vous restiez à tirer sur les symboles lumineux d’une porte mystérieuse pendant qu’eux se font laminer par un minotaure enragé. Alexandru Birzanu, designer technique de Strange Brigade, présent et très en forme lors de la présentation, a en tout cas une foi totale en cet aspect de son jeu : « Les équipes de level design me proposaient des choses totalement folles et en grande quantité. J’ai fait mon possible pour qu’un maximum de ces idées soit intégré au jeu. On en a une telle quantité par niveau à l’heure actuelle que même moi, quand j’ai pu commencer à y jouer dans une version finalisée, je ne retrouvais pas tous les passages secrets que nous y avions mis (rire). »

sb56
Rebellion Developments

La réussite ou l’échec de Strange Brigade se décidera certainement au moment où nous pourrons tester dans leur intégralité toutes les variantes de progression des personnages (qui sont persistantes et restent en place même si vous rejoignez  une autre partie ou recommencez un niveau déjà fini) et nous lancer dans l'aventure entière. L’ajustement des gemmes avec les différentes armes et les caractéristiques innées des personnages laisseront forcément le champ libre à une personnalisation assez poussée. La pratique online elle-même prévue pour le jeu est d’une souplesse qu’on est en droit d’attendre sur les jeux du genre de nos jours, avec la liberté de rejoindre ou d’être rejoint lors de parties en cours sans interruption ou temps de chargement. Le season pass prévoit lui aussi de nombreux ajouts, de nouveaux personnages, de nouvelles armes, une campagne inédite et les niveaux qui vont avec. Une bonne partie du contenu sera aussi ajoutée gratuitement pour les possesseurs du jeu de base. Une bonne initiative, mais avec un prix qui tourne de 50€ pour le jeu et de 35€ pour le season pass, et ce même en période creuse estivale où il y a moins de jeux à se mettre sous la dent, Strange Brigade joue peut-être avec le feu car nombreuses sont les propositions free-to-play ou sous la barre des 30€ à proposer des expériences coop plus ou moins similaires (Warframe ou Killing Floor 2, pour ne citer qu'eux). Mais ce qui est sûr, c’est que Strange Brigade, sans réinventer la roue, a démontré, lors de cette présentation jouable, une personnalité agréable et des atouts techniques irréfutables. Sans conteste un des concurrents les plus sérieux parmi les sorties de l’été qui promet à ceux qui se laisseront tenter de longues heures de shoot fendard et de bonne humeur gentiment horrifique. On accrochera, ou pas, mais la proposition est indubitablement à sérieusement considérer pour les amateurs du genre.   

 

sb65466
Rebellion Developments

Strange Brigade sort le 28 août 2018 sur PC, xBox One et PS4

 

Profile picture for user Ben Dussy
Ben Dussy